Les Pics et les Corvidés

par photosyl35  -  27 Décembre 2016, 16:33

Les effectifs de la plupart des corvidés sont en baisse en France. Il y a plusieurs raisons, l’intensification des pratiques agricoles, mais aussi les campagnes de destructions d’espèces dites « nuisibles », catégorie dans laquelle figurent un certain nombre de corvidés (corneilles, pie, geai, corbeaux).

 

Grand corbeau (Corvus corax)          Anglais : Raven

A ne pas confondre avec le corbeau freux, beaucoup plus commun et plus petit.

Il a un habitat varié : falaises côtières, forêts, montagnes … Il est très grand : envergure : 115-130 cm, longueur : 54-67 cm.

Il est sédentaire, mais peut faire des mouvements saisonniers. Il plane comme un rapace dans les courants thermiques. Il effectue des vols de parades acrobatiques et des combats aériens. Autrefois persécutés par l’homme, il est maintenant protégé par la loi. Il est considéré en déclin en Bretagne avec moins de 50 couples.

Celui-ci est un oiseau captif en République tchèque, ça serai très difficile de faire ce genre de photos avec un oiseau sauvage !

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Corbeau freux (Corvus frugilegus)      Rook

Il est souvent confondu avec les corneilles, elles sont pourtant plus grandes qui et complètement noire. Et lui possède une tâche grise à la base du bec.

Comme tous les corvidés, ils font des réserves de nourriture. Plusieurs études montrent que les corbeaux freux sont capables de retrouver leurs cachettes plusieurs mois après y avoir déposé un aliment et qu’ils sont les plus efficaces de toutes les espèces du genre Corvus .

Envergure : 81-94 cm, longueur : 41-49 cm.

Il vit en colonie parfois importante. En France, le freux est surtout présent au nord d’une ligne Bordeaux-Lyon. Il a été introduit en Nouvelle-Zélande au cours des années 1870 pour contrôler les populations d’insectes.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Choucas des tours (Corvus monedula)            Jackdaw

L'iris de ses yeux est presque blanc chez l'adulte, grisâtre chez le jeune. C'est le plus petit des corvidés noirs. Il est grégaire et passe la journée dans les champs. C'est le plus insectivores des corvidés, il débarrasse les champs des larves de tipules et de taupins. Il niche dans une anfractuosité de bâtiment, dans les villes, à proximité des hommes, ou dans des bois de feuillus qui offrent des cavités, ou encore dans des fissures rocheuses. Le choucas des tours est sédentaire dans l'ouest de l'Europe, alors que les populations nordiques et orientales sont migratrices.

Il est protégé par arrêté ministériel depuis 1987.

Longueur : 30-34 cm, envergure : 64-73 cm.

Le couple est uni pour la vie, presque toujours réuni.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Corneille noire (Corvus corone)        Carrion-crow

Elle est plus grande que le corbeau freux et entièrement noire. Elle est majoritairement sédentaire, même si des mouvements migratoires ou de dispersion sont parfois notés. Les jeunes, parcontre sont sujets à un certain erratisme. Elle construit principalement son nid dans les frondaisons d'un arbre, mais aussi en falaises côtières, sur un pylône électrique ou des constructions. Elle est omnivore et trouve sa pitance en marchant des les champs, sur la laisse de mer ...En Bretagne, elle est classée nuisible sur les 5 départements et fait l'objet de nombreux piégeages. Ce sont des milliers de corneilles qui sont tuées par an en France. Elle a quand même réussi a s'adapter et à maintenir ses effectifs et à étendre son aire de répartition.

 

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Pie bavarde (Pica pica)

Comme tous les corvidés, c’est un oiseau très intelligent. Des expériences ont pu démontrer qu’elle est capable de se reconnaitre en tant qu’individu, comme les hommes et les grands singes. Placées devant un miroir, les pies ont compris qu’il s’agissait d’elles, on leur a aussi mis de la peinture et bien, elles ont essayé d’enlever la tâche !

Elle se nourrit en grande majorité d’invertébrés et d’insectes, pourtant elle peut être classée nuisible et être piégée ! Même si elle pille de temps en temps un nid, ça ne le justifie pas ! Le couple qui niche dans mon jardin, se fait piller le nid tous les ans par les corneilles, ce qui ne justifie pas non plus le piégeage des corneilles !

Elle fait son nid en haut de grands arbres avec des branchages agrémenté d’un toit. Ses populations régressent en campagne.

L’indice représentant la taille relative du cerveau d’un animal par rapport à sa masse corporelle, est de 31 chez la pie, 21 chez l’homme et 8 chez le chimpanzé. Les corvidés et les grands singes ont développé une organisation cérébrale complexe apte à résoudre des problèmes socio-écologiques semblables. La taille plus ou moins importante de la partie du cerveau abritant la pensée va de pair avec la propension à innover, corvidés et grands singes ayant atteint le niveau le plus élevé.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Geais des chênes (Garrulus glandarius)      Jay

Il est lié au milieu boisé, mais il a su s’adapter au bocage, aux parcs et jardins. Il se nourrit de graines, glands (50%), faînes … mais pendant la période d’élevage des jeunes, il devient quasi carnivore, avec des insectes, lézards, campagnols, mollusques, œufs, poussins d’autres espèces. Comme les autres corvidés, il peut enterrer ses provisions à l’automne, comme il ne retrouve pas tout, il participe à la dissémination des arbres.

Il est capable d’imiter les chants de la buse, le hulotte, du pic, voir du chat … Il est aussi connu pour ses cris d’alarme. Le geai est coutumier d’invasion à l’automne, des oiseaux arrivent du nord de l’Europe.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

Petite dispute avec un pic épeiche

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Les  Pics

11 espèces en Europe, toutes (sauf torcol) spécialisés pour grimper aux arbres et y forer des cavités de ponte. Ils possèdent une anatomie adaptée : pattes robuste à orteils opposés deux à deux (sauf pic tridactyle), ongles acérés, rectrices rigides leur permettant de se tenir agrippés verticalement, bec en forme de pic ou de ciseau à bois. Ils se nourrissent surtout d’insectes xylophages et possèdent une langue prolongée afin de pouvoir les déloger. La plupart ont recours au tambourinage comme chant (les 2 sexes le pratiquent).

 

Pic épeiche (Dendrocopos major) Greater spotted woodpecker

On le reconnait à son tambourinage, qui tient lieu de chant, et que l’on entend jusqu’à 800 m pour le mâle, 5 à 20 coups de bec. Celui de la femelle est un peu plus court, environ 6 tambourinages par minute. Un mâle non accouplé peut tambouriner 500 à 600 fois en une journée.

Il ne se pose pratiquement pas au sol, il se nourrit en martèlent l’écorces des arbres pour attraper des insectes, des larves, des graines de conifères, il ouvre aussi les galles pour en extraire la larve, et peut aussi  piller un nid d’oiseaux. Il parcourt son territoire en solitaire pendant une grande partie de l’année, il passe la nuit dans une cavité à la verticale. Mâle et femelle vivent séparés mais voisins, et se réhabituent l’un à l’autre en février mars. La femelle pond dans une cavité 4 à 6 œufs, elle ne vient couver que par intervalles, et laisse au mâle la majeur part de l’incubation.

Le mâle possède une tâche rouge sur la nuque, pas la femelle.

Les jeunes ont le devant du crane rouge.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

Nourrissage des jeunes pics par leurs parents

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

Les jeunes ont le devant du crane rouge.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Le pic vert (Picus viridis)   Green woodpecker

Il se nourrit principalement au sol, il s’attaque surtout aux fourmilières, grâce à sa longue langue collante. Il ne dédaigne pas les limaçons, escargots, vers de terre et sur les arbres les larves de xylophages, il peut aussi compléter son menu avec des graines et des baies.

C’est un solitaire, et même ombrageux comme tous les pics, il est aussi extrêmement sédentaire. Entre les sexes eux-mêmes, ils sont agressifs, cela s’attenu lentement à la période nuptiale. A l’automne et au début de l’hiver, le couple vit séparé, mais sur leur territoire de nidification, et passent la nuit dans leur cavités habituelles. Le nid est dans une cavité creusé en grande partie par le mâle dans un vieil arbre de bois tendre entre 2 et 6 de hauteur. C’est le mâle qui va assurer la majeure partie de la couvaison, la femelle assurant que quelques heures dans la journée. Les 2 adultes vont nourrir les petits, qui resteront en moyenne 25 à 26 jours dans la cavité.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Pic mar (Dendrocopos medius)

Le pic mar est une espèce polytypique essentiellement européenne (95% des effectifs mondiaux). C’est un oiseau sédentaire dépendant principalement de la présence de chênes âgés. Il s’alimente généralement en picorant dans la couronne des arbres, il explore les branches mortes ou dépérissantes à la recherche d’insectes.

Il est inscrit à l’annexe I de la directive oiseaux en raison de son étroite aire de répartition, mais n’est pas considéré comme menacé en France, ni à l’échelle européenne.

J’ai photographié celui-ci dans mon jardin, la lumière n’était pas terrible, mais c’était le 1ière fois que j’en voyais !

Les 2 sexes sont semblables, le rouge du ventre est clair et strié.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés

 

Pic épeichette (Dendrocopos miror)

Il affectionne tous les boisements d’arbres à feuilles caduques. Sédentaire. Pendant la nidification, il se nourrit essentiellement d’insectes xylophages présents dans le bois mort. L’épeichette creuse sa loge dans du bois mort ou affaibli, une branche peut suffire.

En Europe, il est en déclin important depuis les années 1980, très probablement en raison de la diminution de ses habitats. En grande Bretagne l’espèce est en chute libre, et en France elle montre une tendance tout aussi inquiétante avec moins 62% depuis 1989. C’est le plus petit des pics, ventre clair sans rouge, la femelle n’a pas de rouge sur la tête.

Celui-ci a été photographié dans mon jardin.

Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Les Pics et les Corvidés
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :